Retour sur le workshop Manaa

21_Workshop...
21_Workshop - MANAA
7_Workshop ...
7_Workshop - MANAA
11_Workshop...
11_Workshop - MANAA
26_Workshop...
26_Workshop - MANAA
23_Workshop...
23_Workshop - MANAA
13_Workshop...
13_Workshop - MANAA
14_Workshop...
14_Workshop - MANAA
12_Workshop...
12_Workshop - MANAA
3_Workshop ...
3_Workshop - MANAA
18_Workshop...
18_Workshop - MANAA
9_Workshop ...
9_Workshop - MANAA
22_Workshop...
22_Workshop - MANAA
10_Workshop...
10_Workshop - MANAA
1_Workshop ...
1_Workshop - MANAA
27_Workshop...
27_Workshop - MANAA
20_Workshop...
20_Workshop - MANAA
19_Workshop...
19_Workshop - MANAA
25_Workshop...
25_Workshop - MANAA
16_Workshop...
16_Workshop - MANAA
4_Workshop ...
4_Workshop - MANAA
15_Workshop...
15_Workshop - MANAA
6_Workshop ...
6_Workshop - MANAA
2_Workshop ...
2_Workshop - MANAA
17_Workshop...
17_Workshop - MANAA
24_Workshop...
24_Workshop - MANAA
28_Workshop...
28_Workshop - MANAA
8_Workshop ...
8_Workshop - MANAA
29_Workshop...
29_Workshop - MANAA
5_Workshop ...
5_Workshop - MANAA

Du 14 au 16 novembre, le premier Workshop de l'année a réuni les trois classes de Manaa, autour d'un sujet très large : le pli…
Les étudiants ont pu expérimenter leur choix d'orientation vers une discipline d'Arts appliqués, avec les conseils et les encouragements de leurs enseignants, que nous avons choisi d'interviewer en guise de reportage.

Guillaume Revault d’Allonnes : Comment se passe cette période de travail à l'école… mais sans cours ?
Laurent BESSON : C'est toujours un moment fort, et qui fonctionne très bien, une sorte d'excitation créative…
Catherine AZNAR : C'est nouveau pour tous ces jeunes gens, ils y apprennent beaucoup, même s'ils y expriment aussi beaucoup de doutes sur eux-mêmes.
Benoît PREDSEIL : Un très, très bon moment : pour la première fois, ils s'attachent à un projet personnel, c'est l'essence de leur future activité, et cela motive pour le reste du parcours.
Rémi PIERLOT : Oui, il est très positif que ce premier Workshop engage si vite dans les quatre disciplines d'Arts Appliqués. Ce « hors cadre » casse le côté scolaire et favorise le contact humain, il permet d'aller plus loin… la création est une réflexion permanente.

Guillaume Revault d’Allonnes : Comment estimez-vous la qualité de création de cette nouvelle édition ?
Laurent BESSON : Je vois des propositions assez riches, une bonne masse de «matière première», mais ce qui manque souvent, ce sont les mots pour le dire…
Catherine AZNAR : Oui, il y a beaucoup de bonnes intuitions d'objets, d'espaces, de mode, qui ouvrent de beaux univers de création, à confirmer dans l'orientation à la troisième période de l'année…
Laurent BESSON : On voit pour le moment une tendance à essayer une chose, puis une autre, sans nécessairement développer ces idées sur différents axes de recherche, et c'est dommage.
Catherine AZNAR : C'est que beaucoup émettent - très tôt - un jugement dévalorisant sur leur travail, au détriment d'une démarche critique créative … pour l'instant !
Benoît PREDSEIL : Une qualité générale intéressante, très peu sont « à côté de la plaque »...
Rémi PIERLOT : Même si les projets sont encore très picturaux, et présentent peu de réflexion quant à la fonctionnalité !

Guillaume Revault d’Allonnes : Quel est à votre sens le plus grand apport de ce Workshop ?
Laurent BESSON : Un mode d'emploi : comment rechercher, comment réagir, quelles questions se poser...
Catherine AZNAR : Oui, une méthodologie de travail sur des étapes précises, même si les stades d'analyse et de recherche sont encore trop peu exploitées.
Benoît PREDSEIL : Un « arrêt des bombardements », une trêve tous ensemble, c'est décloisonner, utiliser enfin sa sensibilité transversalement aux frontières disciplinaires… la création déborde !
Rémi PIERLOT : Tous les enseignants sont réunis autour des jeunes, et cette multiplicité de visions simultanées forme un vivier de création qui enrichit la réflexion, c'est une énergie que l'on ne retrouve jamais aussi concentrée dans les cours.

Guillaume Revault d’Allonnes : En conclusion, que souhaitez-vous à nos futurs créateurs ?
Laurent BESSON : Plusieurs Workshops dans l'année, et le plus tôt possible ?
Catherine AZNAR : Des envies et du plaisir ! C'est le moteur pour se forger une culture, en étant curieux, en lisant, en ouvrant les yeux partout… en voyageant aussi, c'est très important.
Benoît PREDSEIL : Continuer à s'investir, dans une autonomie de plus en plus affirmée.
Rémi PIERLOT : Faire la synthèse entre passion et forme … ou encore langage esthétique : prendre conscience que nous sommes à l'origine de la création actuelle, et qu'assumer ce registre personnel, c'est -pour moi- l'essence de la liberté.